Sri Lanka sans chauffeur, on fait comment ?

Le Sri Lanka est réputé pour ses plages de rêve, ses temples millénaires, son thé, mais aussi pour ses locations de voiture avec chauffeur pas chères qui facilitent bien la vie des voyageurs ! J’exagère un peu mais c’est un sujet qui revient tout le temps dans l’organisation d’un voyage au SL, alors que cette option n’est pas aussi répandue dans d’autres pays d’Asie.

Du coup on s’est posé la question. Au début c’était décidé, ça allait nous faciliter les choses pour un voyage avec PetitLo, hors de question d’utiliser les transports locaux. Et finalement les préparatifs nous ont fait complètement changer d’avis ! Le principal pour nous, c’est moche à dire 😉 mais on avait pas envie de voyager à quatre. Même si les chauffeurs sont sûrement très sympas et de bons conseils, on se voyait mal partager notre quotidien avec quelqu’un. Ne nous mentons pas, le prix, bien qu’attractif, a fini de nous dissuader aussi !

Au final, je crois qu’on a utilisé à peu près tous les moyens disponibles pour se déplacer, alors en avant pour un petit comparatif, du plus cheap au plus luxueux :

le bus : dans chaque ville, une gare routière plus ou moins moderne. Les noms des villes desservies sont écrits sur les bus mais le plus simple est encore de demander, tout le monde semble connaître le réseau par coeur ! Niveau confort c’est aléatoire… soit vous montez au début de la ligne, le bus est vide, c’est la fête, on peut s’asseoir, sinon… il faut attendre qu’une place se libère. On m’a toujours laissé m’asseoir avec PetitLo, par contre son père restait debout. Même assis quand le bus est bondé c’est vraiment serré, et les bus ne sont pas climatisés. Vu qu’ils roulent à fond la caisse, toutes portes et vitres ouvertes, ça ventile. Il n’y a pas trop de places pour les bagages non plus, un petit coffre à l’arrière, sinon on a pu poser nos sacs sur une espèce de plate-forme à l’avant… où les bagages glissaient à chaque embardée et risquaient de voler ou de tomber sur la route. Vous l’aurez compris : on a adoré les trajets en bus ! Le mieux c’est des trajets courts, une heure ou deux max, par exemple sur le trajet Galle-Tangalle on a fait une pause de 30 minutes à Matara, c’est pas pour le temps que ça prend et ça permet de se dégourdir les jambes pour réattaquer, sono à fond à toute berzingue ! Et PetitLo dans tout ça ??? Il dormait comme une patate à poings fermés la plupart du temps.

le train : Si vous allez au SL et que vous ne prenez pas le train, autant ne pas y aller. C’est l’attraction in-con-tour-na-ble du séjour, le must-do ultime 😉 Plus sérieusement c’est un bon moyen de transport en montagne, où les routes sont parfois en piteux état. Les paysages traversés sont splendides, d’ailleurs les banquettes peuvent se tourner pour être face aux fenêtres. Nous avons fait le trajet Haputale-Kandy, en première classe. Les billets avaient été achetés l’avant-veille, au départ le wagon était quasiment vide, mais s’est rempli au niveau de la gare qui dessert Nuwara Eliya. Le confort est tout à fait identique au train ici, peut-être mieux (je ne prends pas très souvent le train en France), les wagons sont climatisés (mais pas trop) et disposent de toilettes. Ceux de seconde avaient l’air correct aussi, la troisième était bondée bondée bondée. Il y a des vendeurs ambulants qui passent avec des en-cas, des fruits, des boissons. Pas grand chose quand même, mieux vaut prévoir ses provisions. Là où on a eu de la chance je crois, c’est que contrairement à tout ce que j’avais lu, notre train était parfaitement à l’heure, départ à 7h45 et arrivée à 13h, soit 5h15. Du coup je ne peux pas dire si c’est habituel, quels sont vos avis ? PetitLo a joué avec les autres enfants, et comaté (il couvait une petite tourista). Nous recommandons chaudement (le train, pas la tourista 😉 ).

le tuk tuk : Tout au long du séjour on l’a utilisé pour des petits trajets bien sûr, et vers la fin même pour des longs. C’était génial, pas super cher (bien négocier) et confort (clim intégrée). Nous avons fait les trajets Kandy-Sigiriya et Sigiriya-Trincomalee. L’intérêt c’est de pouvoir s’arrêter à volonté, chose que le bus ne permet pas. Du coup notre trajet depuis Kandy s’est transformé en excursion, puisque notre chauffeur-guide (salut Palitha!) nous a recommandé de nous arrêter à Matale pour visiter une temple hindou, et surtout nous avons visité les grottes de Dambulla, que nous n’aurions pas fait sinon. Ca a bien rentabilisé la course ! En direction de Trinco, le chauffeur a fait un détour vers l’aéroport pour que nous puissions aller acheter des billets d’avion. On a aussi aimé bien voir le paysage (mieux que derrière une vitre teintée), les arrêts photos, être au grand air (pas fanas de la clim chez nous), que du positif ! PetitLo adorait le tuk tu, il en parle encore (il appelle tous ses engins à roues « mon tuk tuk » et balade ses peluches dans toute la baraque).

Dépêchez-vous, on a encore des bornes !

Dépêchez-vous, on a encore des bornes !

le taxi/la voiture privée : on s’est payé ce mini-luxe deux fois, deux situations « de crise ». A l’arrivée à Colombo, la guest house nous a envoyé un taxi à l’aéroport, direction Galle. Clairement on ne voulait pas se payer 4 ou 5 heures de trajet à la sortie de l’avion. En 1 h 30 on était à bon port, et on a du attendre 3 h que la chambre soit prête ! Mais ça fait plaisir que quelqu’un attende à l’aéroport 😉 Le prix avait été fixé par la guest house, je pense qu’il est possible de trouver un chauffeur en arrivant et de négocier. La deuxième fois c’était au départ de Tissa, il n’y avait pas de bus direct pour Haputale (on nous annonçait deux ou trois changements et 6 à 8 heures de trajet – il s’est avéré que c’était vrai !). Un chauffeur de minibus nous a accosté et on a négocié le trajet. Comme pour le tuk tuk, on a pu s’arrêter et faire une pause près des chutes d’eau de Diyaluma. On a pas regretté car il a plu sur le trajet, la route était très sinueuse et il y avait des arbres et beaucoup de débris sur la route (glissement de terrain la veille). On se sentait vraiment rassuré et le chauffeur était extrêmement prudent. Ca n’aurait pas été le cas en bus, puisque les chauffeurs sont recrutés en priorité pour leur inconscience 😉

Chutes de Diyaluma

Chutes de Diyaluma

l’avion : alors là le sujet mériterait un post à lui seul. Pour ceux que ça intéresse, je pense être la spécialiste française de la compagnie Hélitours, pour ce que ça vaut ! Je ne vais ps rentrer dans les détails, mais sachez que la réservation en ligne est impossible depuis la France… et depuis le Sri Lanka aussi ! Il faut donc aller à l’aéroport pour acheter les billets, mais comme ce sont des vols militaires, les aéroports sont très peu fréquentés et leurs horaires d’ouverture sont restés un mystère… C’est donc à l’arrache, 48 heures avant la date de départ, que nous avons réussi à acheter notre aller simple Trinco-Colombo (Ratmalana, aéroport militaire). Nous essayions en vain depuis la France depuis des semaines, et pendant tout notre séjour… pas de paiement en ligne possible, ni au téléphone. Les agences de voyage ne vendent pas ces billets. A se demander comment les passagers étaient arrivés là !!! A part ça, le vol était top et revenait moins cher qu’une course en taxi (45 minutes de vol, contre au bas mot 8 heures de route). PetitLo, malgré ses 2 ans révolus, n’a pas payé et a roupillé voyagé sur mes genoux. La course entre les deux aéroports a pris presque 2 heures en tuk tuk, en pleines manifs du 1er mai, embouteillage des grand jours !

On rentre à la maison !

On rentre à la maison !

J’ai un avion à prendre moi !

Globalement, je dirais qu’il est plutôt facile de se déplacer au Sri Lanka et que les options ne manquent pas. La sécurité est ce qu’elle est, rien de choquant par rapport à d’autres pays que nous avons pu visiter, et il ne faut pas s’attendre à trouver des sièges autos. Le pays étant assez petit, cela permet de faire des étapes courtes, on n’a jamais voyagé plus de deux, trois heures, ce qui est super avec un petit !

J’ai encore les prix en tête si ça vous intéresse, n’hésitez pas à demander… en gros le bus c’est peanuts, et le reste est plus ou moins abordable. J’espère que si vous vous posez la question de louer les services d’un chauffeur, ce post vous aura aidé !

 

Cet article vous a plu ?
Epinglez-le sur Pinterest pour le retrouver plus tard !

Publicités

Une réflexion sur “Sri Lanka sans chauffeur, on fait comment ?

  1. Pingback: Retour du Sri Lanka : notre itinéraire avec enfant | On part en goguette !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s